Spécialiste du voyage sur mesure à travers le monde
spécialiste du voyage sur mesure depuis 1985
Spécialiste du voyage sur mesure à travers le monde
spécialiste du voyage sur mesure depuis 1985

TENDANCE URUGUAY

voyage en uruguay

Publié le 21 novembre 2019

Cela évoque quoi pour vous, l’Uruguay ? A part ses voisins argentins et brésiliens qui adorent y passer leurs vacances et apprécient particulièrement ses plages, qui, en Europe, connaît ce petit territoire situé entre deux énormes nations que sont le Brésil au Nord et l’Argentine au Sud et à l’Ouest ?… Les aficionados de foot bien sûr ! Mais au-delà du cliché, un voyage en Uruguay vaut le détour pour tous ceux qui cherchent des vacances en toute décontraction, au plus près de la nature, les amateurs de vins, d’art et de tango, de sports nautiques et de balades à cheval dans la pampa ou sur les longues plages… Partez en Uruguay goûter au dolce farniente de cette nouvelle destination bohème chic !

 

voyage-en-uruguay-cavani

 

DU FOOT ET DES PLAGES

La particularité de l’Uruguay, aux dimensions modestes (3.5 millions d’habitants sur 176200km²), soit le deuxième plus petit des États sud-américains après le Suriname n’en est pas moins mondialement connu pour ses exploits au football !

En fait, ce sport a été introduit à Montevideo, la capitale, dès la fin du 20e siècle par les émigrés anglais, chargés de développer le réseau ferroviaire dans le pays. Le premier club omnisports créé en 1861, leur permettait de pratiquer aussi le cricket, le rugby, l’athlétisme ou le tennis. Rapidement, le football est devenu le sport le plus prisé, pour devenir aujourd’hui une vraie religion tant il est ancré dans la vie culturelle du pays et participe à la construction de l’identité nationale. Cette passion pour le foot est transmise dès le plus jeune âge et il est fréquent d’aller en famille assister à un match.

Aujourd’hui, le culte du ballon rond est entretenu par les succès de l’équipe nationale. Après deux victoires en Coupe du Monde, deux aux Jeux Olympiques, et quinze autres en Copa America, la « Céleste » (au maillot bleu ciel) s’est affirmée comme l’une des meilleures équipes mondiales, avec de très grands joueurs comme Luis Suàrez ou Edinson Cavani. Ce dernier, né à Salto, dans le Nord du pays, a joué comme attaquant à Palerme et à Naples avant d’être recruté par le PSG. Le « Matador » est ainsi devenu le meilleur buteur du club parisien et le meilleur buteur d’Uruguay en Ligue des Champions. De quoi inspirer une fierté légitime à ce peuple discret !

voyage-en-uruguay-casapueblo

 

Pour ce qui est des plages, en effet, l’Uruguay bénéficie d’un beau littoral atlantique, pas moins de 650km de côtes, qui contribuent à sa renommée avec notamment la station très jet set de Punta del Este. La bonne saison pour profiter de la mer est de novembre à mars. Un peu avant Punta, à Punta Ballena, il faut s’arrêter contempler et visiter Casapueblo, un étonnant hôtel-musée signée Carlos Paez Vilaro : surplombant l’océan, la silhouette toute en rondeurs de ce palais à la blancheur fantasque se découpe sur le bleu du ciel. Découvrez les oeuvres colorées de l’artiste et l’histoire émouvante autour de cet édifice.

Plus loin, José Ignacio, dans le département de Maldonado, est une petite station balnéaire, en plein essor : plus confidentielle, elle offre, entre deux lagunes, des plages sauvages et tranquilles, bordées de dunes de sable. Club Faune Voyages a repéré pour vous deux petits bijoux d’hôtels, Bahia Vik et Playa Vik, à l’architecture spectaculaire : idéal pour finir en beauté un circuit sur mesure dans la pampa et les vignobles. En continuant le long de cette riviera uruguayenne, on trouve Cabo Polonio, petit village de pêcheurs et réserve naturelle parmi les dunes, où l’on accède seulement en 4×4, un coin étonnant, loin de tout mais avec une énergie et un attrait envoûtants. Peu avant la frontière brésilienne, Punta del Diablo, est une toute petite station balnéaire où il fait bon flâner parmi les boutiques d’artisans, jeter un œil à la pêche du jour, chercher les sensations fortes en allant surfer sur de belles vagues, visiter la forteresse ou le parc Santa Rosa ou juste ne rien faire…

voyage-en-uruguay

Un HERITAGE COLONIAL

Ces paysages de dunes et de promontoires tout le long de la côte laissent la place plus à l’intérieur à des collines et des prés arrosés de rivières et de fleuves. Outre cette nature authentique, l’Uruguay présente aussi un héritage issu de la conquête portugaise et espagnole : à 1h de bateau de Buenos Aires, de l’autre côté du Rio de la Plata, Colonia del Sacromonte, fondée en 1680 par les Portugais (avant de passer aux mains des Espagnols) exerce un charme paisible avec ses rues en pierre et ses maisons basses. Lorsque le pays gagna son indépendance en 1828, Colonia devint capitale du département. Son centre ancien où se mêle l’architecture portugaise et espagnole est inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco.

Même la figure du gaucho est issue de la rencontre de l’européen et de l’autochtone. Ce nomade à cheval, souvent métis et rebelle apparaît au XVIIe siècle lorsque les vastes plaines bordant le rio de la Plata se remplissent d’immenses troupeaux ou manadas qui paissent librement. Expert en dressage, le gaucho entre au service des grands propriétaires pour s’occuper du bétail. C’est ainsi qu’il soutient peu à peu les éleveurs dans leurs revendications rurales et se retrouve à lutter pour l’indépendance contre la tutelle espagnole. Avec son caractère courageux et honnête, il symbolise la liberté dans le folklore national.

voyage-en-uruguay-montevideo

A Montevideo le patrimoine culturel et artistique de la ville rappelle le vieux continent : le théâtre Solis, le marché du port, la rambla où il fait bon déambuler à pied ou à vélo. En allant vers le Nord, dans la région viticole de Carmelo, l’on trouve des ruines jésuites agréables à visiter, parmi de nombreux oiseaux et les premières vignes d’Uruguay qui datent du premier peuplement espagnol. C’est ici que le Tannat, antique cépage proche du Madiran, a trouvé sa terre d’élection ! L’occasion de séjourner dans une belle estancia du XVIIIe siècle et de déguster les vins uruguayens dont la qualité vous surprendra.

Salto abrite de belles maisons de style espagnol, plusieurs complexes thermaux grâce à des sources chaudes, dont l’hôtel Concordia, classé monument historique, où a logé Carlos Gardel.

Enfin, et ce n’est pas son moindre atout, Montevideo qui accueille le siège du Mercosur est reconnue comme l’une des 30 villes les plus sûres au monde et considérée comme la ville d’Amérique latine où la qualité de vie est la plus élevée !

voyage-en-uruguay-colonia

 

DES TRADITIONS AUX INFLUENCES MULTIPLES

Ce sont encore les Anglais qui ont introduit la tradition du thé et le tea time, assez fréquent à Montevideo, illustre un art de vivre certain. Toujours en vigueur, la tradition plus ancienne, du maté, breuvage déjà très apprécié des Amérindiens guarani, car il favorisait leur bonne humeur et chassait la fatigue. L’infusion de feuilles de yerba mate (issue d’un arbuste proche du houx) est en effet très stimulante, bourrée d’antioxydants, de caféine et d’oligoéléments. On l’appelle aussi le « thé des Jésuites » car ce sont les Jésuites, présents pendant deux siècles au Paraguay, qui l’ont fait connaître en Espagne, puis en ont développé la culture en Uruguay et dans les pays voisins, au Chili, en Argentine, en Bolivie et dans le sud du Brésil.

Le maté se prépare dans une calebasse (mate vient du quechua qui désigne ce récipient puis par extension la boisson) et se boit avec une paille métallique dotée d’un filtre (la bombilla). Il est aujourd’hui largement consommé dans tout le pays, y compris dans la rue. Les gauchos ont l’habitude de le boire en groupe, assis en cercle, en se passant le maté de main en main. Et l’attaquant des Bleus, Antoine Griezmann qui en raffole, en consomme souvent avant un match… sa potion magique ?!

Une tradition amusante, héritée des immigrants italiens au 19e siècle : chaque 29 du mois, c’est le « jour des Gnocchi » et la coutume veut qu’après avoir savouré ce plat au déjeuner, l’on dépose une pièce de monnaie sous son assiette, gage de chance et de prospérité pour le mois à venir…

Autre tradition culinaire incontournable : le barbecue uruguayen… sur du charbon de bois et sur un grill incliné, voilà la meilleure façon de griller la viande, car cela permet de contrôler la température de la cuisson, en rapprochant ou en éloignant les aliments de la chaleur des braises. La concurrence est ouverte avec l’asado argentin !… Le point qui réconciliera tout le monde : l’asado n’est pas juste une viande, c’est une véritable expérience à partager entre amis, depuis les courses jusqu’au moment où l’on déguste ensemble avec les doigts les morceaux de viande tout juste grillés, sous le regard avisé de l’asador, responsable du feu et de la cuisson, tâche on ne peut plus sérieuse.

voyage-en-uruguay-tango

 

TANGO et CANDOMBE

La musique forme une tradition importante en Uruguay, en particulier le tango et le candombe. D’ailleurs, le mot « tango » viendrait de candombe tangó, qui évoque le tambor (tambour) et la danse du candombe. Né de la fusion entre les traditions musicales originales africaines et les instruments et rythmes européens et créoles, le tango est un témoignage de la riche histoire culturelle d’Uruguay.

Pour couper court à la polémique tenace avec l’Argentine quant à la paternité du tango entre ces deux pays, la vérité est que le tango est né sur les rives du Rio de la Plata. Le tango – danse et musique – s’est développé des deux côtés  à la fin du XIXe siècle. A cette époque, Buenos Aires accueille  des flots d’immigrants européens. Par exemple la chanson « La Morocha » a été écrite à Buenos Aires par l’auteur-compositeur uruguayen Enrique Saborido et « Mi Noche Triste » a été composée à Montevideo par l’Argentin Pascual Contursi en 1916 !

Un orchestre de tango complet comprend un piano, une guitare, un violon, une contrebasse et un instrument de type accordéon appelé bandonéon. Ce dernier est devenu l’instrument emblématique du tango. Son interprète à jamais le plus célèbre, Carlos Gardel, a triomphé dans les années 1920 et 1930, jusqu’à sa disparition tragique, dans un accident d’avion, en 1935.

A Montevideo, vous trouverez des spectacles et des clubs de tango et même un musée du tango. Le samedi soir, place au tango de rue sur la Plaza del Entrevero (ou Plaza Fabini), dans le centre de la capitale.

En 2009, le tango a été déclaré patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’UNESCO. A l’origine un genre qui a émergé des banlieues de Montevideo et de Buenos Aires, le tango est de nos jours dansé dans le monde entier ainsi que dans des compétitions internationales. Si le compositeur Discépolo, l’a si bien dit, le  « tango est une pensée triste qui se danse », c’est aussi une expression musicale urbaine et un développement unique dans la tradition musicale du Rio de la Plata.

voyage-en-uruguay-candombe-drums

Le candombe a été importé en Uruguay au début des années 1800 par des descendants d’Africains. C’est un rythme marqué par plusieurs tambours et cela désigne la danse qui lui est associée. Un groupe complet formé de trois types de batterie s’appelle une cuerda. Souvent, la cuerda est aussi membre de groupes de défilés de Carnaval ou comparsas. Durant le Carnaval, les comparsas vont ainsi de ville en ville avec leurs danseurs et percussionnistes pour participer aux défilés du carnaval local. Le plus grand est Las Llamadas (Les Appels) à Montevideo. Le 3 décembre est le jour national du « candombe, de la culture afro-uruguayenne et de l’égalité des races »… En l’inscrivant à la liste du Patrimoine culturel immatériel de l’Humanité, l’Unesco réhabilite le candombe comme symbole ultime de la contribution des descendants africains à la culture uruguayenne, et de leur créativité.

Jadis, l’on sortait les chaises pour assister confortablement aux spectacles de rue qui ont lieu dans tout le pays lors du Carnaval. Aujourd’hui, présentés dans de grands espaces ouverts, les tablados, ils ont pris un caractère plus professionnel et suscitent une grande impatience tant pour voir des murgas, que des humoristes ou des comparsas. Originaire de Cadix (depuis 1808), en Espagne, la Murga est l’une des formes d’expression culturelle uruguayenne les plus réputées. D’ailleurs elle a son musée à Montevideo. Elle se compose de 17 unités : un directeur de scène et de chœur, 13 chanteurs dans le chœur répartis suivant leur registre vocal, et 3 percussionnistes aux cymbales, à la grosse caisse et à la caisse claire. La murga se produit dans un tablado (cabaret) public ou privé et apporte toujours une vision humoristique ou satirique rafraîchissante de l’actualité, exprimée à travers cette forme théâtrale traditionnelle.

Ainsi toutes ces influences contribuent-elles à la richesse culturelle d’un pays qui s’avère, sous une allure rurale et tranquille, éminemment attrayant ! Une bonne surprise que Club Faune Voyages vous invite à découvrir sans attendre. Même s’il suffit d’une heure de bateau pour rejoindre Buenos Aires, osez l’Uruguay en tant que destination à part entière, et non plus comme une simple extension d’un circuit en Argentine !

partagezavec vos proches

 

échangez

avec votre conseiller

01 42 88 31 32
Les forces de club faune voyages

Des
voyages
sur-mesure

Un conseiller
dédié spécialiste
de la destination

des adresses
gardées
secrètes

un espace
voyage pour
se rencontrer

Voyager et
rester connectés

un service unique
en cas
d'urgence

un service
vip
conciergerie

des voyages
de luxe
solidaires

Des
voyages
sur-mesure

Un conseiller
dédié spécialiste
de la destination

des adresses
gardées
secrètes

un espace
voyage pour
se rencontrer

Voyager et
rester connectés

un service unique
en cas
d'urgence

un service
vip
conciergerie

des voyages
de luxe
solidaires